Cap Horn : le guide pratique
Notez cet article

Cap Horn : un ticket pour le bout du monde

Le Cap Horn (en espagnol Cabo de Hornos) est une île située au sud du Chili. Très connue pour être l’une des îles les plus australes et pour son étape finale du Vendée Globe, l’île du Cap Horn a encore plein de mystère à nous dévoiler.

Une traversée jusqu’au Cap

Une destination loin de tous coupée d’internet. Le seul moyen d’y accéder ? Un départ depuis la ville de Puntas Arenas uniquement par croisière de la compagnie Australis qui est la seule compagnie maritime autorisée à naviguer dans les eaux entre les fjords de la Terre de Feu. Autre moyen disponible : s’y rendre par voilier pour ceux qui ont la chance d’en avoir un. Mais attention, toutes les expéditions ne sont pas sans danger : la météo peut rendre impraticable toute débarquement sur l’île. Un cap qui, découvert en 1616, porte bien sa légende : difficile d’accès à cause de ses vagues géantes ou de ses rafales de vents pouvant atteindre 160 Km/h.

La ville de Punta Arenas capitale de la région de Magellan et de l’Antarctique chilien est la dernière grande ville avant de tomber nez à nez avec les paysages vierges du Cap Horn. Un conseil : veille bien à consulter tes réseaux sociaux ou envoyer un dernier message à tes amis/famille car une fois embarqué sur le bateau, il n’y aura plus de wifi dans cette zone du monde.

Dans un premier temps, la traversée se faisant de nuit, c’est au petit matin que tu arriveras dans les fjords en naviguant sur le Seo Almirantazgo, dans le Parc National Alberto de Agostini. La journée commence par une petite randonnée dans la Baie Ainsworth où se trouve le glacier Marinelli. Puis tu découvriras l’Avenue des Glaciers.

Enfin l’excursion se terminera par l’arrivée sur l’île du Cap : une aventure possible ou pas car rappelons-le, la météo peut empêcher la visite de l’île. Si elle s’avère clémente, tu pourras découvrir une nature verdoyante présente sur l’île à 99%. Les 1% restant ne constitue que l’unique habitation du Cap  : son phare habité par le gardien. Ce monument inauguré le 5 décembre 1992 est l’oeuvre du sculpteur chilien José Balcells Eyquem. A côté du monument, sur une stèle un poème de l’écrivaine Sara Vial y est inscrit :

« Je suis l’albatros qui t’attend au bout du monde. Je suis l’âme oubliée des marins morts qui traversèrent le Cap Horn depuis toutes les mers de la terre. Mais ils ne sont pas morts sur les vagues furieuses, ils volent aujourd’hui sur mes ailes, vers l’éternité, dans la dernière crevasse des vents antarctiques »

Une découverte mythique pour un lieu hors du commun. On espère que cet article t’aura fais voyager sur l’île la plus australe du continent sud américain ! Si tu souhaites en savoir plus sur l’Amérique du Sud, pourquoi n’irais tu pas prolonger ton séjour en y faisant un stage ?? Découvre toutes nos offres de stages en Amérique Latine !

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des